00000000

EPISODE BNP

 

EN JUIN 2000, PARIBAS (devenue BNP PARIBAS  après une OPA mouvementée et non sollicitée sur elle par la BNP) lance par surprise et sans prévenir les organes statutaires et de gestion de la société, une OPA (offre publique d'acquisition) sur la totalité du capital de COBEPA  à un prix unitaire par action décoté. Ce prix est nettement inférieur à la valeur estimée à la fois par le Comité de Direction de la société et par des experts extérieurs internationaux ; et  en tout cas inférieur à la valeur "intrinsèque" publiée. La période choisie correspond en outre à l'arrivée à l'âge de retraite de P.SCOHIER.

 L'ensemble des administrateurs belges (non liés à BNP) ainsi que tous les membres belges du Comité de Direction marquent leur opposition et ,  quasi unanimement,  donnent leur démission. Les groupes belges actionnaires familiaux s'abstiennent d'intervenir considérant notamment avoir eu déjà un "return"exceptionnel sur leur participation (80 fois la mise depuis 1970 - voir press book : "performances") et décident de vendre. Les petits actionnaires refusent eux aussi de rester dans la société dont ils n'apprécient pas la nouvelle stratégie proposée (celle de devenir un fonds dont les dirigeants sont rémunérés essentiellement à la commission) et dès lors , après avoir lutté pour obtenir un prix juste, décident finalement de céder leurs titres : ils se sentent abandonnés par les autorités de contrôle qu'ils disent être mises sous pression par divers lobbyings.  La BNP acquiert dès lors la quasi totalité du capital de COBEPA  à la valeur  décotée. M Amaury de Sèze et ses collaborateurs français, qui en conseil avaient voté en faveur de l'opération, prennent le pouvoir.  M de Sèze saisira la présidence jusqu'en 2004. et occupera une série de mandats dans le groupe Pargesa-gbl avec l'accord du groupe Frère (mandats encore occupés à fin 2008).

 Dans cette période, COBEPA ainsi accaparee vendra la grande majorité de ses actifs,  distribuera de très plantureux dividendes extraordinaires remontés vers Paris en revenus déjà taxés. Ses  rares interventions se limiteront essentiellement à investir dans des FONDS gérés à la commission par une société appartenant principalement à ces administrateurs français qui avaient initié et voté   en conseil de Cobepa en faveur de cette OPA  . Les actionnaires minoritaires de MOSANE, IBEL et CPI  sont rachetés, les actions étant sorties de la cote : la structure fédérale du groupe est détruite.

 Considérant les conflits d'intérêts manifestes et si l'on prend en considération les règles actuelles de gouvernance, une telle OPA finalement destructrice de valeur, serait impossible aujourd'hui et le Président de la Commission Bancaire de l'époque, qui a dû s'incliner , aurait pu imposer les points de vue qu'il a courageusement défendus  pour mieux protéger les actionnaires minoritaires.(voir extrait de presse ci-dessous).

 

 En moins de 4 ans, plus de 80 % de l'actif net de Cobepa  remonte sous forme liquide ou quasi liquide vers BNP ( sans décote ....) 

Et finalement, BNP ,conservera son partenariat avec ce qu'on qualifie de "groupe Frère" qui avait voté solidairement avec les"français" (les participations stratégiques dans pargesa, gbl et la holding de contrôle du groupe frère) .

N'ayant pu realiser les objectifs annonces a tort dans le prospectus d'OPEA,BNP  revendra la totalité de ses actions COBEPA en 2004 à des investisseurs familiaux et institutionnels belges et étrangers qui relancent les activités d'origine  de la COBEPA .

La presse parle de "retour aux sources".

 La dénomination de la société restera COBEPA mais PARIBAS sera remplacé par PARTICIPATIONS. 

Le "leadership" de la  COMPAGNIE BENELUX  PARTICIPATIONS est , depuis lors,  assuré avec enthousiasme  par Jean-Marie Laurent Josi

 

L'intermède de BNP en Belgique que nous laissons le soin de qualifier par les professionnels et observateurs extérieurs, aura duré 4 ans. Le schéma a été simple : achat avec décote/ grandes campagnes de publicité BNP dans les médias belges pendant la période de prise de contrôle  / lobbying écoeurant de certains intéressés belges, vente du maximum d'actifs après "élimination" des administrateurs et membres de la direction belges non consentants et non "liés" à elle; remontée du cash sous forme de revenus déjà taxés ainsi que  des partenariats avec les actionnaires n'ayant pas ete solidaires de la direction et administrateurs belges.  Revente du solde.

 Où a été la "création de valeur"? ...et le respect des petits porteurs belges (qui évidemment ont abandonné leur confiance à cette banque) ?

Avec recul (en 2009) il apparait clairement que la stratégie nouvelle proposée par les représentants de bnp était dangereuse pour cobepa et son équipe . L'achat d'entreprises par endettement(LBO) a posé gros problèmes dès que la conjoncture a tourné et que les banques sont devenues réticentes à prêter. D'ailleurs, ces mêmes représentants ont dû prendre des mesures de restriction pour les fonds qu'ils gèrent à Paris . Sur insistance de gros investisseurs ils ont dû satisfaire à la demande de modifier leur gouvernance pour leur rendre moins favorable  et de réduire la taille gérée de moitié.

La nouvelle Cobepa a ,elle,  poursuivi sa stratégie d'origine avec sagesse dans la même crise. 

                                                                                                                            ***

 

Espérons que,depuis lors,  les esprits et méthodes auront  changé  chez les auteurs de l'opa sur Cobepa  et que le rachat de la banque Fortis en fin  2008 par la même BNP (mais pas les mêmes leaders)  ne verra pas se répéter  le scénario (de quasi liquidation) jusqu'à sa finale. On suppose bien  que toutes les précautions auront été prises ou seront prévues . La mémoire ne peut rester courte en la circonstance.

                                                                                       

QUELQUES COUPURES DE PRESSE

                                  cliquer                           cliquer  
   cliquer

                                cliquer  
       

ET FINALEMENT , APRES 4 ANS ET LA REMONTEE VERS PARIS  DE  PLANTUREUX DIVIDENDES ET DES PARTICIPATIONS STRATEGIQUES, COBEPA REPASSE SOUS CONTROLE BELGE : BNP PARIBAS CEDE SA PARTICIPATION .

 

QUELQUES ARTICLES DE PRESSE ENCORE SUR CET EPISODE BNP ET SON DENOUEMENT

 
   LA VRAIE COBEPA RENAIT                                cliquer
         cliquer
      AUX LECTEURS ET PROFESSIONNELS

      DE TIRER LA MORALE

                    cliquer

RETOUR PRESSEcliquer ici